Formulaire inscription GRC
Acceo
Filler Decésari
Posez une question à l'Assistant Virtuel
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami
Les BIOthèques

Bio, bio, vos médiathèques sont biologiquement bonnes pour votre santé et contiennent en elles des histoires vécues ou non ; ces fameuses biographies qui parfois se romancent sous la plume des écrivains. Le bio ou la Bio ? Telle est la question de ce mois de novembre qui fait écho aux « et moi, et moi et moi » de cinétincelles et aux collections des médiathèques : _graphie, _ logie, _rythme, _pic… et pourquoi pas _thèque ?

Au naturel

Documentaire jeunesse : Humanissime, Carnovsky

Les documentaires pour la jeunesse sur le corps humain doivent relever un véritable défi : représenter ce qui n’est pas visible. Le tandem italien Carnovsky a accepté le challenge. Il propose 3 dessins en 1 pour découvrir les principaux systèmes du corps. Trois filtres colorés, rouge, vert et bleu, révèle alternativement le squelette, les muscles ou les organes. Trois pages suffisent pour cerner chaque sujet. Une pour les explications sur le thème, une autre pour ausculter la partie du corps et une dernière pour découvrir les informations scientifiques. Ce livre est à la frontière entre le design et la biologie. Beau comme un livre d’art, il séduira aussi bien les passionnés des sciences de la vie que les lecteurs amateurs de surprises.

Documentaire adulte : Dur, dur d’être un bébé, Brooke Barker


« être né quelque part pour celui qui est né, c’est toujours un hasard » chante dans une maison bleue un Maxime célèbre. « Être né » est déjà un hasard et la chanson aurait pu être plus courte, merci pour nous. On peut naître homme, crocodile, koala, héron ou panda et si ce n’est pas une surprise pour les parents, ça peut bien l’être pour celui qui naît. Tous bébés certes, mais tous particuliers et plus ou moins autonomes… Ce livre est une mine d’infos pour se moquer ou s’attendrir de bébés certes vulnérables mais élevés à la dure, comme ce pauvre petit chanteur des années 90 – la traduction du titre s’en fait d’ailleurs l’écho – qui chanceux a attendu tout de même 4 années avant de pousser la chansonnette. Ayez ainsi une pensée pour les poulains qui après leur naissance apprennent déjà à galoper (tortionnaires de parents !), pour le panda tué quand ils a la malchance d’être un des deux jumeaux (politique chinoise de l’enfant unique) et pour tous ces bébés attendrissants (pour nous) et appétissant (pour les prédateurs)… La bio a ses mystères et survivre à cet âge tendre est toujours un hasard…

Sans biographe

Documentaire adulte : Munkey diaries, Jane Birkin

Et si on se dispensait de biographe ? Le journal intime est une autobiographie sans recul, une version personnelle de ce qu’on vit avec tout l’amour qu’on se porte (en cas de narcissisme) ou la haine (en cas de complexes) ou alors dans la sincérité totale (quand il n’y a plus rien à perdre…). Jane Birkin vient de publier le premier tome de ses « munkey diaries », des extraits choisis et commentés par Jane en personne. A l’origine adressé à un singe en peluche, ce journal s’ouvre en 1957 et se clôt en 1982 quand Jane Birkin dépose dans le cercueil de Serge Gainsbourg ce fameux singe, laissé comme compagnon dans l’après-vie. De la vie de Jane Birkin, on connaît sa course folle en collant dans « blow up », ses mariages avec John Barry et Serge Gainsbourg, son charme, sa voix que certains trouvaient fluette et que d’autres trouvaient touchante… Jane, c’est « quoi » ? C’est aujourd’hui cet autoportrait sans fard à découvrir dans sa « version Jane ».

Roman jeunesse : Le journal de Gurty, Bertrand Santini


Bonjour, je me présente, je m’appelle Gurty, - même si j’ai longtemps pensé que mon nom était « Arrête »- et j’appartiens à la famille des canidés. Je suis une chienne intelligente, futée et plutôt élégante avec mes touffes de poils hirsutes sur les oreilles. Je vous encourage à dévorer mon journal qui va vous faire découvrir mon quotidien, qui n’a rien de répétitif. Je vis avec mon humain Gaspard qui est à mon service, il a appris à respecter mes goûts en matière de croquettes et de coussins moelleux. Je l’emmène régulièrement en vacances en Provence. J’adore m’y rendre parce que j’y retrouve ma copine Fleur. Elle est un peu simplette, mais elle a une grande qualité, elle obéit à tous mes ordres, et ça, j’aime bien. Elle est toujours de mon côté lorsque j’affronte le chat Jean-Jacques, alias Tête de fesses, qui parvient à allier laideur, bêtise et méchanceté. Heureusement, à nous deux, nous sommes les plus fortes. Mais dernièrement, nous avons fait la connaissance d’un insupportable écureuil qui fait hi hi hi tout le temps, c’est terriblement agaçant. Vous voyez que mes journées sont passionnantes. Et je ne vous parle même pas de mon écriture enlevée, drôle et percutante, ni de mon style incomparable pour croquer des illustrations hilarantes. Bref, un livre comme moi, génial et modeste !
Ah ! J’allais oublier, mon Gaspard – alias Bertrand Santini- sera présent à la médiathèque, samedi 6 avril, pour venir parler de moi, évidemment !

Documentaire adulte : Journal d’une princesse, Carrie Fisher


Si on vous dit Star Wars, vous pensez Dark Vador, sabre laser, espace et… la fabuleuse Princesse Leia. Si aujourd’hui on sait tout sur la saga la plus célèbre de la galaxie, ce « Journal d’une princesse » vous offrira un nouvel œil sur le tournage devenu culte. C’est en 2015 – alors qu’elle reprenait le rôle qui l’a propulsé sur le devant de la scène pour la nouvelle trilogie – que Carrie Fisher retrouve son journal intime tenu pendant le tournage de la « Guerre des étoiles ». Avec beaucoup de tendresse et une forte dose d’humour, elle y a relu ses réflexions de toute jeune fille, ses poèmes mélancoliques, ses flirts de tournages, ses premières émotions d’actrice… une bien jolie autobiographie sur la princesse la plus connu du cinéma !

La vraie vie…

BD jeunesse : La guerre de Catherine, Claire Fauvel et Julia Billet

Au début de la Seconde Guerre Mondiale, la Maison des Enfants de Sèvres prit en charge des enfants victimes de la guerre. La petite Rachel Cohen fut parmi ceux-là. Et lorsque les persécutions contre les juifs s’intensifièrent, les enseignants de l’établissement la protégèrent (ainsi que d’autres enfants) en lui changeant son nom pour Catherine Colin et en la transférant vers des lieux d’accueil clandestins à travers la France. De ce parcours de survie, de toutes ces personnes qui vinrent en aide aux enfants faisant front contre les dénonciations et les contrôles, Catherine a laissé un témoignage remarquable grâce à aux photographies qu’elle a pu prendre en pareilles circonstances. Cette adaptation du roman de Julia Billet (la fille de l’héroïne) repose sur un trait tendre et précis aux couleurs sobres. Les instantanés photographiques sont restitués d’une manière efficace et à la fin de l’ouvrage, les véritables photographies prises par Catherine/Rachel permettent la comparaison. Une jeune fille attachante, de l’humanité, de la mansuétude pour une bio dessinée poignante.

Documentaire adulte : Les trois maîtres du budo , Jigoro Kano, Morihei Uesshiba, Gishin Funakoshi


Dans cet ouvrage, vous pourrez trouver un aperçu de ce qu’a été la vie de trois grands hommes des arts martiaux modernes, qui se sont tous trois connus au cours de leurs existences. Pour les passionnés, il n’est nul besoin de les présenter et il ne fait nul doute que ce documentaire saura leur plaire. Pour les néophytes, voici une brève introduction : O’sensei Jigoro Kano, maître fondateur du judo, O’sensei Morihei Ueshiba, maître fondateur de l’aïkido et O’sensei Gishin Funakoshi, maître fondateur du karatedo. Trois vies, Trois arts martiaux, Trois grands maîtres. Découvrez leur vie et l’évolution de leurs disciplines, encore pratiquées aujourd’hui.

Documentaire adulte : Mémoire d’un lutteur de sumô , Kazumi Yoshinaga


Dans cet art martial encore très traditionnel, les combats s’accompagnent toujours d’un rituel très strict, issu des pratiques religieuses shintoïstes. Kazuhiro Kirishoma a été un célèbre Ozeki, deuxième rang le plus élevé du sumo après Yokozuna. Il a donc été considéré comme un demi-dieu. A travers son autobiographie, découvrez les enjeux et la rudesse du sumo ; un entrainement de tous les jours, un régime alimentaire qui confine au gavage, des entraînements éprouvants aussi bien pour le corps que pour l’esprit. Il est certain que faire du sumo et en être Ozeki n’est pas donné à tout le monde : actuellement, il y a autant d’Ozeki que de Yokozuna, c’est-à-dire 3. Dans cette autobiographie vous découvrirez la vie d’un homme dédié à sa discipline. Il est très rare qu’un lutteur de sumo écrive un livre. Voilà une façon différente d’aborder le sumo.

Documentaire adulte : Le samouraï solitaire, Musashi


Ce documentaire relate l’histoire du plus célèbre des samouraïs, Myamoto Musashi. Célèbre à travers le monde, il a marqué son époque par un style unique de combat et surtout car il ne connut aucune défaite. Myamoto Musashi avait l’habitude de combattre avec 2 sabres en bois. Il tua son premier adversaire à 13 ans. Il laissera à la postérité un ouvrage : « le traité des cinq roues », faisant référence à ses techniques de combats : posture, attitude,… Dans ce livre, vous découvrirez la vie de l’homme invaincu Myamoto Musashi, qui laissa son empreinte indélébile dans l’histoire du Japon et dans le monde des arts martiaux. A lire absolument.

… Bien romancée

Cinéma : Marie Antoinette, Sofia Coppola


Certaines vies sont éminemment littéraires et riches en rebondissements, d’autres sont à romancer pour y apporter le sel, le piment et le pep’s nécessaires aux grandes envolées d’un récit captivant. L’histoire de Marie-Antoinette s’est confondue avec l’Histoire de son royaume et pour elle, c’était définitivement à y perdre la tête. Sa vie a été racontée, contée, expliquée et détournée. Après lui avoir prêté de son vivant des paroles humoristiques (« qu’ils mangent de la brioche »), on lui prête à titre posthume une paire de Converse. Et ce n’est pas tout, Sofia Coppola lui offre le spleen d’une ado, le goût de la fête d’une jeune fille hollywoodienne mais aussi des robes somptueuses sur lesquelles récupérer des miettes de macaron et des gouttes de champagne. D’aucuns diraient qu’au lieu de pimenter la vie de Marie-Antoinette, la réalisatrice l’a rendu plus ennuyeuse… Et pourtant, ce film est magnifique dans ses silences et ses retenues. Revoyez Kirsten Dunst, royalement mélancolique gravir un escalier des jardins de Versailles sur la musique sensible d’Aphex Twin et ressentez la solitude d’une reine, le manque ressenti par l’absence de l’amoureux Fersen… et puis, rien ne vaut une BO des années 1980 sur une histoire des années 1780…

Album jeunesse : La Véritable histoire du Grand Méchant Mordicus , LÉVY Didier

Parfois, on comprend mieux sa propre vie quand c’est une autre personne qui la raconte. Prenez le Grand Méchant Mordicus : c’est grâce au petit Félix qu’il sait enfin ce que Melba, sa fille chérie et rebelle, est devenue. Elle qui est partie au loin fonder une famille que Mordicus ne connaît pas. Pas encore du moins. C’est aussi grâce au petit Félix que Mordicus découvre qu’il peut choisir d’être autre chose qu’un Grand Méchant Loup, vivant en solitaire dans la forêt. Un père, un grand-père et un arrière-grand-père choyé, par exemple. Avec son ton léger et ses couleurs vives, La Véritable histoire du Grand Méchant Mordicus nous laisse penser d’abord que l’histoire sera toute aussi légère. Mais grâce à l’innocence et l’insolence de Félix, on découvre avec émotion la solitude de Mordicus mais aussi l’amour que toute sa famille est prête à lui donner.